Site officiel du Syndicat d'Initiative de Gallardon et des communes environnantes

LE PORTRAIT DU MOIS.

Le propos de cette page est d’aller à la rencontre d’un artisan, commerçant, chef d’entreprise, président d’association, personnalité, et de l’interviewer sur son travail, sa fonction, son parcours…

 

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Octobre 2011

Pour la rentrée, en prévision de l’hiver et dans la suite de l’Imprimerie, le Syndicat d’Initiative est passé du papier au bois en allant poser ses questions au milieu des billes, planches, palettes, poutres et autres bûches, mais également, et là c'est nouveau, au milieu des poêles. Bienvenue au cœur de la scierie MAGNANI.

 

 

Bonjour Pierre-Alain.

Comme bien souvent ailleurs, j’ai été étonné de ma première visite dans vos locaux, car pour moi une scierie c’était synonyme de troncs d’arbres qui entrent d’un côté et ressortent en planches de l’autre. Or, ça n’est pas si simpliste que cela, pouvez-vous éclairer les lecteurs sur ce qu’est une scierie ?

 

Gildas, bonjour.

Bienvenue, chemin du Cornicat dans ma petite scierie familiale. Je vais essayer de vous la présenter succinctement et arrêtez-moi si je suis trop long : j’ai une passion démesurée pour elle et le bois.

Comment marche une scierie ?

Il faut beaucoup d’espace car le bois scié et à scier est très encombrant, nécessitant des machines mécanisées, car sinon la transformation n’est plus rentable : le bois est gourmand de manutention d’un bout à l’autre de sa transformation.

Nous achetons les arbres chez des propriétaires privés ou à l’Office National des Forêts.

Ensuite, nous essayons de tirer profit au mieux de la matière en sachant que la transformation du bois est un métier à part entière qui réserve toujours des bonnes ou des mauvaises surprises quant à son rendement final.

 

 

 

En plus des études et de l’apprentissage quelles sont les qualités, j’ai envie de dire humaines, requises pour travailler le bois ? Et à ce sujet, quel a été votre parcours ?

 

Mon cheminement professionnel a commencé par une seconde C très hasardeuse à Marceau sur Chartres, puis une entrée sur concours au lycée national technique à Mouchard dans le Jura. Le mot concours fait un peu ‘pompeux’ mais dans les années 70, il y avait beaucoup de jeunes lycéens qui avaient envie d’apprendre les métiers du bois et les lycées étaient saturés.

 

 

 

Depuis quand, la scierie MAGNANI est-elle implantée à GALLARDON et quelle a été l’évolution de votre travail ? En fait en quoi consiste votre activité aujourd’hui ?

 

La scierie Louis MAGNANI a été créée en 1919. Elle venait s’ajouter à deux autre scieries déjà installées à Gallardon dont une à côté des établissements DEOTTO et l’autre près de la gare. Cela pour dire que la ressource forestière était suffisante dans les essences locales : peupliers, frênes, aulnes et autres ormes.

Ensuite, il a créé une menuiserie et une entreprise générale du bâtiment.

Mon oncle et mon père reprirent respectivement la menuiserie et la scierie, puis ce fut au tour de ma cousine et de moi-même d’assurer la continuité.

J’ai repris l’affaire paternelle en 1989 accompagné de ma sœur Bernadette qui s’occupe de la gestion et de tous les problèmes administratifs.

Depuis, nous avons transformé et vendu du bois sous forme de poutres, de planches destinées à la menuiserie, des bois rabotés, des petits bâtiments en kit, des charpentes sur mesure… En 1993,nous avons racheté le fond de commerce d’un de nos clients fabriquant des palettes et nous l’avons développé jusqu’à fin 2007, année du début de la récession qui a amené les usines à réduire leurs commandes.

Cela m’a décidé à créer une nouvelle activité, celle des granulés de bois et de la vente des poêles à granulés.

Parmi environs cinq cent enseignes de poêles, j’ai choisi Ravelli car cette marque avait déjà un historique avec le groupement dont je fais partie, présidé par un de mes amis haut-savoyard basé à Phillinges près d’Annemasse.

 

 

 

Il y a donc en plein cœur de Gallardon, une entreprise qui est à même de fournir et d’installer des solutions de chauffage au bois.

 

Effectivement, ces ventes nous rapprochent de nouveau d'une clientèle de particuliers. Nous leur proposons un très large choix de poêles au design sympa, avec surtout un service de proximité et la possibilité de stockage de leurs granulés.

 

  

 

J’ai appris lors de l’interview d’Eric ANELOT [Gérant de TOPP Imprimerie : NDLR], qu’il y a des labels quant à la gestion des forêts : PEFC et FSC. La scierie MAGNIANI est-elle labellisée, utilise-t-elle les filières bois respectueuses de l’environnement et du développement durable ?

 

Pour les classements PEFC et FSC, je n’ai pas suivi ces procédures, car elles ne sont à mon sens, ni plus ni moins qu’une affaire de communication.

Elles sont destinées aux scieries de tailles moyennes ou grandes qui ont besoin de justifier vis-à-vis des acheteurs nationaux (négociants en matériaux, grandes distribution, etc.) que malgré une production industrielle, la ressource forestière est préservée.

Cette analyse est fausse car ces organismes ne financent aucunement la gestion de la forêt ni son repeuplement.

 

 

 

Une question incontournable avec l’actualité qui est la notre depuis quelques temps. Quel a été l’impact de la crise pour votre entreprise et pour votre secteur d’activité ? Pensez-vous que nous en somme sortis ou sur le point d’en sortir ?

 

La crise est là. Elle nous empêche quelques fois de dormir, mais j’ai bon espoir pour l’avenir. J’ai un fils qui commence à travailler avec nous et je souhaite pour lui et toute sa génération que ce que nous faisons et subissons aujourd’hui soit constructif pour demain.

 

Je terminerai par une question peut-être un peu ‘décalée’ si vous me le permettez. Il doit sans doute en être de même pour un ébéniste mais, vous donnez l’impression d’une grande humilité face à ce qui n’est pour autrui, qu’un ‘simple morceau de bois’. Il y a, me semble-t-il une relation de respect, quasiment d’amour entre l’homme et la matière, non ?

 

En ce qui concerne mon amour du métier, vous avez choisi les mots justes : ‘humilité, respect de la matière’, cela s’inscrit dans une logique très près de l’écologie.

Pour transformer le bois, les pertes sont énormes.

50% de pertes pour produire des planches brutes

66% de pertes pour faire des poutres

72% de pertes pour fabriquer un meuble

88% de pertes pour fabriquer une douelle destinée à la fabrication d’un tonneau…

Lorsque l’on connaît ces chiffres, on ne peut qu’être très attentif à la valeur de la matière première. Pardon de vous avoir ennuyé avec ces pourcentages, mais c’est aussi cette raison et cette peur de déforestation qui m’ont toujours guidées vers une production de sciage plutôt artisanale, on peut l’appeler ‘sciage raisonné’, surtout raisonnable à mon goût.

 


 

Et bien c’est sur cette note d'écologie que se termine l’interview. Le Syndicat d’Initiative vous remercie de lui avoir ouvert les portes de votre entreprise, permettant ainsi aux lecteurs, notamment gallardonnais, de continuer leur découverte de Gallardon et des compétences dont ils ne soupçonnent peut-être pas la proximité. Je vous laisse le mot de la fin.

 

Merci Gildas, d’avoir consacré un peu de votre temps à la découverte de notre entreprise afin d'en parler sur le site du Syndicat d'Initiative. Je pense que je ne serai pas le seul gallardonnais à apprécier votre travail.

Vous avez peut-être inventé l’Internet de proximité. C’est très bien vu !

 

Je n'avais pas pensé à cela mais effectivement, sans me vanter d'avoir inventer quoi que ce soit, c'est bien là une utilisation d'Internet un peu 'particulière'. Et si cela peut apporter un 'petit quelque chose' aux personnes interviewée comme à celles qui nous lisent, j'en suis heureux.

 

GV.

___________________________________________________________

Pour en savoir plus, il vous suffit de cliquer ci-dessous :

 

MAGNANI BOIS

 

 

Retrouvez les coordonnées de votre scierie 'MAGNANI Bois' dans la liste des adhérents à l'UCIAL de Gallardon et de ses environs.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

--------------------------------------------------------------------------------------------------

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 Archives et programmation :

 

  AVRIL 2011                 

Mars 2011   Avril 2011   Juin 2011  Juillet 2011   Août 2011  Octobre 2011

Contactez-nous

Syndicat d'Initiative - Impasse de la Tour - 28320 GALLARDON - Tél. +33 (0)2 37 31 11 11

Mentions légales - Plan du site - Contactez-nous